Le viager représente une certaine forme de vente immobilière. Très souvent, ce type de vente est réalisé par une personne âgée qui vend son logement en contrepartie d’une rente viagère ainsi qu’éventuellement, le droit d’y vivre. Le vendeur (crédirentier) bénéficie alors d’un droit d’usage, d’usufruit et au fruit du bien qui appartient à l’acheteur. Dans certains cas, le bien peut être vendu en viager libre de toute occupation ou jouissance de l’ancien propriétaire.

L’acheteur (débirentier) s’engage à verser une somme de manière régulière (mensuelle, trimestrielle ou annuelle) au vendeur jusqu’au décès de ce dernier. Aussi, il n’est pas rare que le contrat prévoit le versement d’un capital initial également appelé bouquet. Dans tous les cas, la rente viagère est déterminée en fonction de plusieurs paramètres comme le fait de verser un bouquet ou non. Bien entendu, la rente est librement négociée entre le crédirentier et le futur propriétaire. Comme pour toute transaction immobilière, le contrat doit être fait par acte notarié.

Vendeur

Le vendeur bénéficie grâce à cette formule, d’un revenu régulier jusqu’à son décès. Généralement, les vendeurs qui choisissent la vente en viager sont ceux qui n’ont pas d’héritiers.

Acheteur

En achetant en viager, le futur acquéreur peut échelonner son achat dans le temps. En l’occurrence, ce type d’achat peut être bénéfique ou non. En effet, rien ne permet de déterminer la durée de vie restante à l’ancien propriétaire. L’acheteur peut donc opter pour cette formule tout en gardant en tête qu’il y a des possibilités qu’il paye plus cher que le cours du marché.

Anecdote

En 1965, un notaire a acheté une maison en viager à Jeanne Calment qui avait alors 90 ans. L’acquéreur est décédé un an avant la vendeuse qui vécu plus de 122 ans et qui continua à toucher une rente viagère versée par les héritiers de l’acquéreur.

Un commentaire so far.

  1. Marie dit :

    Le viager c’est la forme de vente recommandé pour les jeunes, surtout le viager libre.

Poster un commentaire